image0_edited_edited.jpg

Dune, adoptée en 2021

Nos actions

Les Familles d'Accueil: 

L'association SOLANA ne possède pas de locaux à l'exception d'un local administratif et d'une infirmerie/nurserie où sont placés les chats qui ont besoin de suivre des traitements ou d'être placés sous surveillance. Chaque accueil en famille d'accueil nous permet donc de sortir un chat de cage en attendant qu'il soit adopté et lui offre des perspectives plus chaleureuses. Tous les ans, c'est en moyenne 150 chats que nous pouvons faire adopter grâce à elles ! 

Ces familles au grand coeur offrent aux chats l'occasion de s'adapter à une vie dans un foyer avant d'être adoptés (ex : cycle jour/nuit, sociabilisation, éducation, jeux, ...), et donc de proposer à l'adoption des chats bien ajustés à une vie en maison. De plus, un passage en famille d'accueil permet de mieux connaître nos loulous et de pouvoir mieux conseiller les adoptants pour trouver la famille parfaite pour eux ! 

L'association prend en charge tous les frais vétérinaires de ses pensionnaires en accueil et peux prêter tout le matériel nécessaire pour s'occuper d'un ou de plusieurs chats ainsi que prendre en charge les croquettes et la litière.

Vous pouvez retrouver plus d'informations sur la page dédiée Devenir Famille d'Accueil, et vous pouvez contacter le pôle Famille d'Accueil à l'adresse fa.solana.asso@gmail.com

suivi.jpeg

Les journées adoption et les opérations caddie : 

solana-collecte.png

Depuis plusieurs années, SOLANA organise des Journées Adoption tous les premiers samedis de chaque mois au Truffaut du centre commercial de la Vache Noire à Arcueil. De l'ouverture à la fermeture, nous tenons un stand dans le magasin où nous présentons une partie de nos pensionnaires et la boutique SOLANA (calendriers, doudous, vêtements, jouets pour chats,...) fabriqués à la main par nos bénévoles (chaque centime est intégralement utilisé pour nos chats ! )

Ce stand, c'est l'occasion de nous rencontrer en vrai et nous poser les diverses questions que vous pouvez avoir sur le fonctionnement de l'association et ses chats. Il est possible d'y adopter les chats présents sur place si vous venez avec une caisse de transport (achat possible dans le magasin), un justificatif de domicile, une pièce d'identité et un moyen de règlement (chèque ou espèce) ainsi qu'un chèque de caution (qui ne sera pas encaissé) pour toute adoption de chaton.

Ces journées d'adoption fonctionnent plutôt bien puisque c'est plus d'une centaine de chats adoptés lors de ces journées adoption tous les ans. Une partie de nos familles d'accueil sont présentes lors de ces journées et répondront avec plaisir aux questions sur les chats qu'elles accueillent.

À l'occasion de ces journées d'adoption, un caddie est installé à l'entrée du magasin pour organiser une collecte de dons pour nos chats (arbre à chat, griffoir, croquettes, litières, objets ou médicaments dont votre chat ne se sert plus, jouets, caisses de transport,... ). Ces dons sont ensuite redistribués entre nos familles d'accueil, notre infirmerie et notre nurserie pour nous aider à nous occuper de nos petits pensionnaires.

Si vous souhaitez nous faire un don, vous pouvez consulter la page Faire un don de matériel qui présente une liste non exhaustive de ce dont nous avons besoin. Les éléments qui nous sont le plus utiles sont les croquettes (chaton ou adulte stérilisé) et la litière, mais tout geste compte beaucoup!  Si vous souhaitez nous faire don de quelque chose qui n'est pas sur la liste, vous pouvez envoyer un petit mail à contact.solana.asso@gmail.com .

Les campagnes de stérilisation de chats libres : 

FA.jpeg

L'association SOLANA est conventionnée par plusieurs villes de l'Yonne (89) dont Sens où elle a vu le jour pour lutter contre la prolifération de groupes de chats errants et sauvages non stérilisés. Les villes avec lesquelles l'association a établit une convention s'engagent à ce qu'aucun mal ne soit fait aux chats libres de la ville et à faciliter les démarches administratives des opérations de trappage. Elles peuvent signaler à l'association des groupes de chats libres ou abandonnés et financent une partie des stérilisations des chats trappés sur leurs territoires.

Nous pouvons être amenés à intervenir sur de très divers types de sites. Le plus souvent, nous intervenons sur des groupes de chats libres habitant des terrains vagues ou des territoires urbains. Nous vidons alors la colonie petit à petit en trappant et stérilisant les chats. Les sauvages seront relâchés sur place (si le lieu n'est pas dangereux) après avoir étés soignés et un point de nourrissage sera mis en place à cet endroit tandis que les chats sociables sont proposés à l'adoption.

Parfois, nous intervenons dans des maisons de particuliers qui n'ont pas fait stérilisés leurs chats et qui se sont laissés débordés (on nous signale souvent ces colonies quand elles atteignent 20 chats dans une maison, mais nous sommes déjà intervenus dans une maison où se trouvait 134 chats ! ). Ce sont souvent des gestes qui partent d'une bonne intention (recueillir des chats errants), mais l'absence de stérilisation des chats rend rapidement les situations compliquées. L'association convient alors du nombre de chats qu'elle peut prendre en charge avec les propriétaires et les soigne avant de les proposer à l'adoption.

Enfin, nous intervenons aussi pour des signalements de chats occasionnels (dû à des abandons à cause d'hospitalisation, de déménagement, de séparation de couples ou bien tout simplement des chats errants).

Les campagnes de stérilisation de chats libres sont importantes car une chatte non stérilisée peut avoir 3 à 4 portées de chatons par an et chaque portée comporte en moyenne 3 à 6 chatons. Une chatte peut avoir sa première portée dès l'âge de 6 mois alors qu'elle n'a même pas encore sa taille adulte, et comme la ménopause n'existe pas chez les chats, elle peut continuer de ce reproduire à ce rythme effréné jusqu'à sa mort 15 à 20 ans plus tard.

Au delà des problèmes de santé évidents qu'entraînent autant de grossesses pour la chatte, la prolifération quasi exponentielle des groupes de chats libre entraînent une surpopulation et une diminution de la part de nourriture et territoire disponible pour chacun. Il peut donc être courant d'observer de violentes bagarres entre matous et des plaies et maladies impressionnantes. Il est donc très important d'agir pour offrir à tous ces chats une meilleure vie (et également réduire leur impact sur la faune locale à cause de la chasse).

Si vous êtes curieux, vous retrouverez à la fin de cette page deux exemples de campagnes de trappage que l'association a réalisé il y a quelques années.

Prairie_600x300.png

Les actions de l'association SOLANA auprès d'autres organismes :

L'association travaille main dans la main avec d'autres associations et organismes :

Nous travaillons en partenariat avec le Truffaut de la Vache Noire à Arcueil, qui nous permet d'installer un stand dans leur magasin tous les premiers samedis du mois afin de pouvoir organiser des Journées Adoption. En échange, ce magasin Truffaut ne possède pas d'animalerie pour les carnivores domestiques et cela évite à de pauvres animaux d'élevages parfois d'origine un peu floue, de vivre dans des vitrines jusqu'à leur adoption. 

L'association travaille également en partenariat avec de grandes enseignes qui possèdent des rayons animalerie avec des croquettes, des jouets pour animaux, des caisses de transport, de la litière,... Certains de ces organismes, au lieu de les jeter, peuvent nous faire don des produits impropres à la vente car sur le point de périmer ou qui sont abîmés (sacs percés, caisses de transport fendues, arbres à chats dont des pièces sont manquantes) afin de leur donner une seconde vie et d'aider nos petits pensionnaires. 

Nous travaillons également avec d'autres associations de tout types. Nous échangeons certains dons dont nous n'avons pas d'usage avec d'autres associations qui en ont besoin, et inversement (par exemple, n'ayant actuellement ni chiens, ni NAC, nous donnons ces dons à Respectons et à La Grange aux Lapins). Nous travaillons également avec des associations qui s'occupent de nourrir les chats libres et sauvages, que ce soit en organisant des points de nourrissage dans des zones où vivent de nombreux chats, ou en se promenant et nourrissant les chats errants aux gré de leurs rencontres. Il arrive également que certaines associations caritatives nous fassent don de surplus de produits pour chats à date courte lorsqu'ils ont plus de produits que de maîtres précaires.

Solana-don.png

Le parcours classique d'un chat à l'association SOLANA : 

Tout commence par la signalisation par des tiers ou des mairies conventionnées de chats errants à l'association. S'il reste des places disponibles en Famille d'Accueil et en fonction de la gravité de la situation, l'association peut se déplacer avec des trappes ou peut en prêter pour que les chats soient attrapés.

 

Si aucune place n'est disponible, nous pouvons proposer aux lanceurs d'alerte de devenir Famille d'Accueil et nous prenons en charge les frais vétérinaires.

Dès que nous recueillons un animal, nous le faisons ausculter par un vétérinaire, qui va dresser un premier bilan de santé du chat (âge, état de santé, identification, vaccin T/C) Il est ensuite placé en quarantaine dans une cage pendant une période de 2 semaines pour ne pas risquer de contaminer nos autres chats en bonne santé et en accueil.  Nous en profitons pour lui prodiguer tous les soins nécessaires (vermifuge et antipuce, stérilisation si elle est possible, ou autre type de soin nécessaire à son bien-être).


Nous plaçons ensuite l'animal dans une Famille d'Accueil, qui veille à son bien-être et à sa santé en attendant que l'association lui trouve un foyer définitif. Elles servent également de transition pour les chats entre la vie dehors et la vie en maison ou appartement. Ces familles vont également s'assurer du suivi vétérinaire des chats.

 

Nous mettons tout en œuvre afin de trouver des adoptants les mieux adaptés au caractère et aux besoins de l'animal, tels que décrits par leurs Familles d'Accueil.


Suite à l'adoption, un suivi est réalisé par e-mail pour prendre connaissance de l'acclimatation de l'animal dans sa nouvelle famille et donner des conseils à celle-ci si besoin. Si jamais il y avait des soucis après l'adoption, nous nous réservons le droit d'effectuer une visite de contrôle au domicile des adoptants et, le cas échéant, de reprendre l'animal pour le proposer à l'adoption à nouveau.

Exemples de trappage des chats des Hauts Lieux et des chats de Compigny 

Attention, la bêtise humaine peut être choquante pour les amoureux des animaux lors de la lecture de ces prochaines lignes.

Les chats des Hauts Lieux

hulk1.gif
hotdog1.gif
hurry1.gif
haiti1.gif

Tous les chats présents sur ces images ont déjà étés adoptés.

havanna.gif

Un vieux monsieur nourrissait une dizaine de chats libres en bas de sa résidence. Il leur offrait l'abri de son garage et de la nourriture à volonté. Nous nous étions occupés de leur stérilisation, 6 ans auparavant. La copropriété avait déjà menacé, à l'époque, d'appeler la fourrière ou de se charger directement de faire disparaître les chats.

 

Le monsieur était très mal vu de ses voisins, pourtant il essayait au maximum d'enlever les crottes dans les plates bandes et de faire disparaître les « traces » des minous. Le monsieur nous avait dit que certains voisins étaient capables du pire. Il avait même retrouvé sur son paillasson et dans sa boite aux lettres des excréments de chats déposés par les plus malveillants des voisins. Il était harcelé constamment. La plupart des voisins ne supportait pas la vue d'un animal : pour eux, la nature n'avait rien à faire sur l'espace de la résidence, et tout ce qui dépassait, tout ce qui n'était pas carré, correctement présenté ou artificialisé, leur posait un grave problème.

Un jour, nous avons été contactés par les enfants du monsieur pour nous prévenir de son décès. Et bien entendu, sans protecteur, les voisins ont recommencé à se liguer pour que les chats disparaissent, peu importe la manière employée. Le fait de faire un rappel à la loi sur les peines encourues en cas d'acte de cruauté (2 ans d'emprisonnement et 30 000€ d'amende) n'a servi à rien : cela avait déjà été fait lors de l'intervention précédente mais la majorité des habitants de la résidence ne s'est pas remise en questions.

Nous avons donc trappé les chats. 10 en tout, 7 du groupe de départ et 3 ajouts, matous errants qui divaguaient sans identification, sans collier et n'étaient ni stérilisés, ni vaccinés. Nous avions prévenu les résidents que ceux-là serait stérilisés et remis sur place mais certains nous ont fait comprendre qu'il n'en était pas question car ces chats "pissaient partout", ils faisaient des traces, griffaient les plates-bandes, montaient sur les voitures… Comme des chats normaux. Les habitants ont dit qu’
ils sauraient les faire partir si nous ne les prenions pas.

Rien n'entrait dans la petite cervelle butée des habitants de la résidence : ni le fait que des chats stérilisés ne marquaient plus leur territoire avec leur urine, ni le fait que retirer tous les chats d'un site faisait un appel de vide et que tôt ou tard une nouvelle population non stérilisée reprendrait possession du territoire.

ava1_edited.jpg
ava4.gif

C'est donc ainsi que le groupe de chat H est entré à l'association il y a de cela des années.

Les chats qui n'étaient pas sociables et qui sont normalement relâchés sur leur site de trappage ne pouvaient pas l'être, sous peine de mourir. Ils ont donc fini par couler leurs vieux jours dans l'association Aide aux Vieux Animaux à La Ferme du Quesnoy : 3 chatteries de plus de 2500m2 avec nourriture à volonté, maisonnettes chauffées et de nombreux abris tandis que les chats sociables ont tous étés adoptés dans de super familles ! 

ava3 (1)_edited.jpg
ava3 (1)_edited.jpg

Les chats de Compigny

Un couple de personnes âgées est décédé, laissant derrière lui, plus d'une trentaine de chats dont aucun n'était identifié, vacciné, ou même stérilisé. Affamés, ceux-ci ce sont réfugiés dans le jardin d'une voisine qui leur a donné à manger mais les chats ont continué à se reproduire et de nombreuses portées sont nées.

 

Un vétérinaire - si tant est qu'on puisse l'appeler ainsi tant son inhumanité s'est révélée immense - a conseillé à la dame de jeter les chatons nouveaux nés dans un seau d'eau en précisant qu'ils seraient noyés avant de remonter. La dame a suivi ses conseils et 11 chatons ont péri ainsi avant que l'on ne puisse s'occuper de la situation. Morts atroces pour les chatons et entrainant un gros stress pour les mamans pleurant plusieurs jours d'affilé et se retrouvant avec de grosses mammites car elles ne pouvaient plus allaiter.

chatscompigny4.gif
chatscompigny6.gif
chatscompigny5.gif
chatscompigny19.gif

Le dimanche 25 avril 2010, nous nous rendons sur place pour évaluer la situation. Pas besoin de chercher longtemps la maison concernée : dans la cour, il y avait un attroupement tellement important que nous n'arrivions pas à compter les chats. Ils devaient être une bonne trentaine ; il y en avait donc un peu partout : dans la cour, dans le garage, dans la grange, sur les toits, dans la maison. Ils étaient de tous âges, mais essentiellement adultes.


Nous arrivons à en attraper 12, certains très facilement, en les prenant dans les bras, d'autres avec des cages de trappage.

5 adultes ont été stérilisés dans la semaine dont 3 un peu sauvageons et 2 qui se laissaient caresser (une femelle et un mâle). La femelle dont les petits faisaient partie des 11 malheureux, s'est donc retrouvée avec une grosse mammite et a dû prendre un traitement contre la lactation. 

 

En plus de ces chats que nous avons fait stérilisés, nous avons trappé 2 chatons de 6 semaines. Fiona, une petite femelle encore assez timide et Shrek avec une pathologie oculaire qui l'avait rendu aveugle (même si ce handicap n'avait pas l'air de le gêner), en plus de 3 chatons de 4 mois environ. Pier, Pol et Jak qui étaient quasi jumeaux, étaient aussi très affectueux. En arrivant, ils avaient un coryza et une gale d'oreille. Le traitement contre le coryza a été efficace dès le surlendemain ; pour leur gale, il a fallu attendre quelques jours de nettoyage. 

chatscompigny14.gif
chatscompigny8.gif
chatscompigny13.gif
chatscompigny12.gif

Tous les chats présents sur ces images ont déjà étés adoptés en 2010.

chatscompigny7.gif

Nous avons également trappé deux chats très malades : une jeune maman, Sirène, dont les petits avaient été noyés la veille. Atteinte d'un coryza bien avancé, les narines complètement bouchées par du pu. Après auscultation, ses poumons étaient pris également, elle a donc suivi un traitement assez lourd. Ayant, elle aussi une grosse gale d'oreille, elle a eu besoin d'un nettoyage régulier pendant quelques jours.

 

Et un pépère d'une bonne dizaine d'années atteint d'une gale sévère. Ses oreilles se sont ratatinées et la démangeaison le faisait se gratter à sang. Totalement prostré, il ne se déplaçait pas pour aller à la litière et s'urinait dessus. Nous l'avons fait hospitaliser une semaine pour qu'il se fasse nettoyer totalement les oreilles sous anesthésie générale. Nous attendions avec appréhension les résultats du test FIV/FeLV et de la prise de sang mais Razmot s'est avéré négatif et tous ses paramètres étaient bons.

chatscompigny15.gif
chatscompigny16.gif
chatscompigny17.gif
chatscompigny18.gif

Nous avons estimé les frais vétérinaires pour ces douze chats à environ 1 600€ pour les stérilisations, identifications, vaccins, la nourriture, l'hospitalisation de Razmot et les divers traitements (coryza, mammite, gale d'oreille, anti-puce, vermifuge,...). 

La dame qui les a recueillis voulait bien continuer à leur offrir nourriture et abris mais ne pouvait pas participer à leur stérilisation, étant déjà endettée. Pour couvrir ces frais conséquents, nous avons fait une demande d'aide à la fondation Bardot mais celle-ci prend généralement plusieurs mois pour arriver et ne couvre qu'une mineure partie des frais. La mairie a simplement accepté de ne pas appeler la fourrière pour ces chats (un des points pour que la demande d'aide à la fondation Bardot soit acceptée) mais ne voulait en aucun cas participer aux frais. Nous avons donc monté une campagne de dons pour nous aider avec cette opération.

Nous organisons toujours ce type de campagnes, ce sont vos dons qui nous permettent de continuer nos activités! Si vous êtes sensibles à notre cause et que vous souhaitez faire un geste, nous vous invitons à consulter la rubrique "Nous Aider", ou faire un don financier

chatscompigny25.gif
chatscompigny22.gif
chatscompigny27.gif
chatscompigny24.gif
chatscompigny21.gif
chatscompigny23.gif
chatscompigny26.gif

Tous les chats présents sur ces images sont sauvages et ont étés

 

attrapés le 4 mai 2010 pour être stérilisés, ils ont depuis déjà étés relâchés.

Ne pouvant pas prendre tous les chats en accueil, nous avons relâché les chats adultes stérilisés sur place le mardi 4  mai 2010 pour essayer d'en attraper d'autres et de les faire stériliser à leur tour. Les sauvageons commençaient à trouver le temps un petit peu long et tous ont étés super contents de retrouver leurs copains chats sur place ! 

À nouveau, nous avons posé des trappes pour attraper les chats les plus sauvages et nous avons pu prendre les plus sociables directement à la main. 

Bilan de la journée, 11 adultes et le dernier des petits chatons, Donkey, la sœur de Shrek et de Fiona. Au total 7 sauvageons (5 femelles, 2 mâles) et 4 chats sociables (deux femelles et deux mâles).

Le vieux matou gris et blanc sociable avait une bonne gingivite et a eu le droit à une bonne opération de détartrage pour lui rendre un sourire de première fraîcheur.

Tous avaient bien sûr une bonne gale d'oreille et certains avaient le coryza.

chatscompigny28.gif
chatscompigny31.gif
chatscompigny30.gif
chatscompigny29.gif

Tous les chats présents sur ces images ont déjà étés adoptés en 2010.

chatscompigny32.gif

À ce stade, nous avons fait stériliser 17 chats : 8 femelles (dont deux en début de gestation) et 9 mâles (un était déjà stérilisé et un autre était monorchide, (testicules internes) et qui le rendait déjà stérile). 6 petits jeunes ont déjà trouvé une famille pour la vie et il reste sur place entre 10 et 15 chats : les plus sauvageons qui s'enfuient en nous voyant, et des mamans qui sont parties faire des bébés dans les fermes alentours.

Les termes ne sont pas assez fort pour décrire ce que nous avons vu en retournant sur places quelques semaines plus tard. 

La dame qui s'occupait des chats nous a expliqué que la semaine d'avant, elle avait retrouvé sa propre chatte morte empoisonnée dans son garage et le jour-même, nous avons découvert le cadavre d'un chat dans le jardin : celui-ci avait une croix tatouée dans l'oreille (signe visible de sa stérilisation) et nous avons reconnu le gentil Sushi, un des premiers chats à avoir été stérilisé par nos soins. Visiblement, il était décédé lui aussi des suites d'un empoisonnement, survenu certainement plusieurs jours auparavant, étant donnée l'état dans lequel nous avions retrouvé ce pauvre matou.

Nous étions écœurées par la barbarie de certains humains.

En réalité, beaucoup de voisins détestaient les chats et appelaient la dame "la folle aux chats". Certains lui ont dit qu'il faudrait qu'elle se débarrasse des chats, qu'il faudrait en éliminer. Le maire, à qui elle s'est plaint, a dit que ce n'était pas son problème.


Pourtant nous avions mis des affiches précisant l'action de stérilisation de tous les chats, le retrait des chatons et le placement d'adultes sociables (dont Sushi). Nous avions également fourni une liste de photos des chats dont nous nous étions déjà occupés. Nous leur avions également déposé le document présentant les actions capture-stérilisation-remise sur milieu, avec les exemples de convention passée avec d'autres communes et les résultats sur ces communes. La dame avait également un exemplaire de l'affiche des chats stérilisés pour pouvoir le montrer à ses voisins. Mais cela n'a servi à rien, la plupart des voisins, des brutes épaisses, n'en ont rien eu à faire que les chats soient stérilisés, pour eux ils restent des nuisibles a éliminer.


Cette affiche disait cela :

Je soussignée Mlle Malgras, présidente de l’association SOLANA, association loi 1901 reconnue d’intérêt général atteste avoir fait stériliser 17 chats sur le site de la rue des Ecoles chez Mme _____, ainsi que d’avoir placé à l’adoption 6 chatons et une adulte. Les chats ont également été soignés et traités contre les parasites internes et externes. Ces chats (marqués ou tatoués) acquièrent le statut de chats libres et bénéficient d’une mesure de protection (loi de janvier 99). Toute atteinte à leur intégrité ou à leur vie fera l’objet d’un dépôt de plainte auprès du procureur de la République.
9 chats libres stérilisés remis sur site
6 chats stérilisés remis sur site mais qui sont placés à l’adoption et qui seront retirés du site progressivement
9 chats dont 3 adultes et 6 chatons qui ont été placés en famille d’accueil ou adoptés
L’association stérilisera tous les chats du site et placera progressivement tous les chatons et les adultes sociables.

chatscompigny37.gif
chatscompigny38.gif
chatscompigny39.gif
chatscompigny36.gif

Tous les chats présents sur ces images ont déjà étés adoptés en 2010.

chatscompigny34.gif
maman bleue.gif

Ce jour là, nous avons attrapé 8 adultes, plus une maman avec ses 3 nouveaux nés, cette dernière avait été balancée peu avant dans le jardin de la dame.

Parmi ces chats, il y avait 3 mâles, une femelle avec un énorme coryza. Du pus s'écoulait sans cesse de son nez. Il y avait également une femelle avec une énorme rage de dents qui hurlait dès qu'on lui touchait la gueule et une femelle, dont les chatons avaient dus être éliminés par des voisins, car elle est revenue un jour chez la dame toute affolée, pleurant sans arrêt et cherchant partout.

La dame était réellement mal vue dans le village : elle n'en étant pas originaire, et était donc considérée comme "étrangère". S'occuper des chats de son voisin ne lui a pas porté bonheur : d'étrangère, elle est devenue "paria".

A cela s'ajoutait le fait qu'elle ait adopté une chienne croisée staff, qui bien que très gentille, avait un faciès qui ne plaisait pas. On appelle cela un "délit de sale gueule".

Tout cela s'est passé en France, c'est important de le rappeler.

La dame aimait réellement les chats, essayait de leur prodiguer le plus de soins possible, dépensait 400€ par mois en nourriture et litière alors qu'elle n'avait qu'une maigre retraite et recevait en retour des "insultes", retrouvait "ses" chats morts.

 

Elle était réellement a bout de nerf mais elle nous a aidés jusqu'au bout à nous occuper de tous ces chats !

sushi3.gif
chatscompigny15.gif

Sushi et Sirène

Dernier passage sur le site le 5 août 2010. Nous avons trappé 3 chats sauvages qui n'étaient pas encore stérilisés et nous avons récupéré certains des chats stérilisés que nous avions relâchés sur place en attendant de leur trouver une place en Famille d'Accueil ou à l'adoption. 

 

Certains?  Et oui, car à notre grand désarrois, 12 chats avaient disparus, probablement empoisonnés ou décédés. Parmi ces chats : Sirène, Sushi, Sinead et Six.

L'association a finalement réussi à soigner et faire adopter 31 chats qui venaient de ce site, et a relâché la dizaine de sauvageons restant sur un site protégé où ils sont nourris et où leur état de santé est surveillé. La dame a gardé 3 chats.

chatscompigny44.gif
chatscompigny43.gif
chatscompigny42.gif